Une infirmière de la Polyclinique du Parc Rambot, dessine une affiche pour sensibiliser au dépistage du cancer du colon

Une infirmière de la Polyclinique du Parc Rambot, dessine une affiche pour sensibiliser au dépistage du cancer du colon

Marianne Scellier, 26 ans, infirmière en oncologie médicale à la Polyclinique du Parc Rambot à Aix-en-Provence, a un autre talent : celui de croquer au quotidien l’environnement dans lequel elle travaille. Dans le cadre de « Mars bleu », mois de promotion de dépistage du cancer du colon, la Polyclinique lui a commandé une affiche sur ce thème pour sensibiliser tant le personnel que les patients. 

Née à Cavaillon, Marianne Scellier fait son école d’infirmière en Seine-Saint-Denis mais c’est dans sa région natale qu’elle commence à exercer, aux urgences de l’Hôpital de Draguignan. Face à un quotidien parfois difficile, elle se met à dessiner certaines situations vécues. En 2016, alors qu’elle intègre la Polyclinique du Parc Rambot, elle laisse libre cours à son talent et crée le concept de « Dessins d’urgence ». 

L’engouement est alors rapide, ce qui l’amène à créer un site Internet : Dessins-urgence.fr, une page Facebook : Facebook.com/dessinsdurgence (plus de 90 000 fans en France mais aussi travers le monde) et différents réseaux sociaux (Pinterest, Instagram, Twitter...).

« Le dessin est pour moi une manière de dédramatiser certaines situations que nous vivons dans notre métier et l’humour est un réel anti-stress ».

Ce que confirment ses collègues !


 

Des campagnes de prévention et une BD à paraître bientôt 

La Polyclinique du Parc Rambot décide alors de s’appuyer sur les talents de dessinatrice de sa collaboratrice pour lui « commander » divers visuels, pour son journal interne, pour illustrer certains services ou encore mener des campagnes de prévention (vaccination contre la grippe, cancer du sein, cancer colorectal). C’est dans ce cadre que Marianne vient de réaliser la campagne de Mars bleu, en s’appuyant sur l’expertise d’un gastro-entérologue.


« Je suis ravie de mettre ma passion au service des autres et de la santé des patients », ajoute Marianne qui publiera prochainement en autoédition sa 1ère BD de 64 pages : Déchoquage. « Ce projet qui me tenait à cœur a été possible grâce aux commandes de la Polyclinique et au financement qu’elle m’apporte pour l’impression de ma BD ». 

À suivre très prochainement donc !

Pour découvrir le témoignage de Marianne en vidéo :


Dessins-urgence.fr/2018/01/16/video-du-tv-reportage-ovanproduction (Ovanproduction – Olivier Vanbremeersch) 

[communiqué de presse]