Signature d'une déclaration des élus pour une gestion intégrée de l'eau et des milieux aquatiques par Bassin Versant

Signature d'une déclaration des élus pour une gestion intégrée de l'eau  et des milieux aquatiques par Bassin Versant

Modèle français reconnu depuis plus de 30 ans, la gestion intégrée de l’eau et des milieux aquatiques par bassin versant est fragilisée par divers facteurs*.

C’est pourquoi, pour construire l'avenir de nos territoires, les élus communaux et intercommunaux se mobilisent,  dans le cadre du Réseau régional des gestionnaires de milieux aquatiques [RRGMA], pour préserver les milieux aquatiques à l’échelle des bassins versants et répondre aux nombreux usages utiles au développement des territoires. Ensemble, ils signeront le 1er février une déclaration pour promouvoir, poursuivre  et  renforcer ce mode de gestion et pour que l’eau soit systématiquement intégrée dans les politiques locales d’aménagement du territoire et de transition écologique.

À cette occasion, Mireille BENEDETTI, Conseillère régionale Provence‐Alpes-­Côte d'Azur et Présidente de l’ARPE, invite la presse régionale à la CONFÉRENCE DES ÉLUS** le JEUDI 1ER FÉVRIER 2018 à 11h30 pour la signature de la déclaration en faveur de la gestion intégrée de l’eau et des milieux aquatiques par bassin versant et en présence de Philippe VITEL, Vice-­Président de la Région Provence-­Alpes-­Côte d'Azur.
Cette signature sera suivie à 12h30 d’un buffet déjeunatoire

  • ZOOM : La gestion intégrée de l’eau par bassin versant : tout à y gagner ?

Gains économiques :
Mutualiser les moyens pour une gestion de l’eau par bassin versant, c’est faire des économies en gérant les enjeux à l’échelle la plus cohérente. L’argent investi aujourd’hui dans la gestion intégrée de l’eau par bassin versant, par exemple dans la prévention des inondations, ce sont des coûts de protection et de réparation évités lors des crues.


 

* comme la multiplication des réformes territoriales, la baisse des moyens financiers alloués à la gestion de l’eau, le désengagement de l’Etat, la segmentation de la politique de l’eau et le transfert hâtif (au 1er janvier 2018) de la compétence GEMAPI (gestion des milieux  aquatiques  et  prévention  des  inondations)  aux  groupements  de  communes  sans  parfois  tenir  compte  de  l’organisation fonctionnelle existante (les structures locales de gestion).

** à l'Hôtel Best Western ARBOIS - 97 rue du Dr Aynaud - parc de la Duranne - Aix-en-Provence