Grève des 70 laboratoires de biologie médicale de Synlab Provence

Grève des 70 laboratoires de biologie médicale de Synlab Provence

Synlab Provence, solidaire de la grève nationale des laboratoires de biologie médicale, tire la sonnette d’alarme. 

Pendant les 3 jours qui viennent, il sera quasi impossible de se faire faire une prise de sang !
Une première grève en septembre n’aura pas suffi. Face aux baisses du budget consacré à la biologie médicale annoncées par la CNAM et son refus de négociations, le mouvement “historique“ de protestation – entamé le 23 septembre par les quatre syndicats de biologistes (SDB, SNMB, SLBC, SJBM) et l’APBM – va donc se durcir. Pour la défense de l’accès aux soins des Français !

Solidaire de ce mouvement, le laboratoire Synlab Provence – à l’instar de 95% des laboratoires en France – fermera totalement au public l’ensemble de ses 70 sites (Bouches-du-Rhône, Vaucluse et Alpes de Haute-Provence) mardi 22, mercredi 23 et jeudi 24 octobre.

Les urgences ne seront pas assurées hormis pour les établissements de soins privés et les patients seront dirigés vers les hôpitaux publics les plus proches. Synlab Provence accueille habituellement entre 5.000 et 6.000 patients quotidiennement dans ses 70 sites. 

"C’est la première fois que toute notre profession s’unit dans un même combat. Nous sommes pourtant une profession sérieuse, consciencieuse et discrète qui constitue un maillon essentiel du parcours de soins puisque la quasi-totalité des explorations médicales exige un passage par des analyses médicales. Mais nous sommes aussi ceux à qui les pouvoirs publics en demandent toujours plus : une meilleure qualité des soins combinée à une baisse de la dépense. En 15 ans notre métier s’est totalement transformé. Nous avons su nous adapter, nous restructurer pour maintenir nos sites et la proximité géographique avec nos patients, mais aussi investir de manière continue pour proposer les dernières innovations en matière de diagnostic. Parallèlement, nous accusons années après années des baisses tarifaires. Nous arrivons aujourd’hui à un seuil critique qui fait que la situation n’est plus tenable. Nous alertons le gouvernement sur les risques : la dégradation de la qualité des soins, des fermetures totales ou partielles de sites –surtout dans les zones rurales - et une industrialisation de notre profession. Nous ne voulons pas de cela !" Sofiane Benhabib, biologiste libéral, PDG de Synlab Provence et Vice-Président du Syndicat de la Biologie européenne.