Altereo organise son 5ème Tour de France pour alerter sur le gaspillage d'eau

Altereo organise son 5ème Tour de France pour alerter sur le gaspillage d'eau

Près de 25 % de l’eau potable n’arrive pas au consommateur : l’équivalent de la consommation de 3 siècles d’eau embouteillée en France ! L'entreprise Altereo s’engage et organise depuis 5 ans le Tour de France de la performance des services d’eau. 

Dans le cadre du « Tour de France de la performance des services d’eau potable et d’assainissement », huit partenaires publics et privés* feront escale à Valensole (04) le 31 mai prochain pour alerter sur le gaspillage d’eau lié au vieillissement des infrastructures et proposer des solutions, aussi bien techniques que financières. 

Cette étape dans les Alpes de Haute-Provence constituera la 50e du Tour de France qui a concerné, depuis sa création en 2012, plus de 2 500 collectivités. Organisées en partenariat avec les Agences de l’Eau et la Caisse des Dépôts et Consignations, ces rencontres visent à aider les collectivités et services intercommunaux à faire le point sur la réglementation, les solutions techniques innovantes et leurs financements, pour améliorer la performance des services d’eau. 

« Ce projet est né du constat de la vétusté des réseaux publics d’eau, responsable chaque année de la perte de près de 25 % d’eau potabilisée, quand l’objectif national de 15% de fuite maximum a été fixé par la loi. Ce gaspillage équivaut – sur un an – à la consommation d’eau embouteillée en France pendant 3 siècles ! », témoigne Christian Laplaud, PDG et fondateur du groupe Altereo.  

45% des réseaux âgés de plus de 40 ans et un renouvellement reporté sur les générations futures. Même s’il fait l’objet d’un encadrement plus contraignant depuis le Grenelle II de l’environnement en 2012, le renouvellement des réseaux d’eau potable (qui représentent un patrimoine de 200 Md€) a accumulé beaucoup de retard en France. 45% de ces réseaux sont âgés de plus de 40 ans et moins de 0,6% de linéaire est renouvelé chaque année. Un retard qu’il convient de rattraper sans quoi les performances techniques de ces infrastructures et le niveau de service aux usagers seront fortement impactés dans les années à venir.  

« Le Tour de France nous donne l’occasion de rappeler et expliquer les évolutions en matière réglementaire et de transferts de compétences en les replaçant dans leur contexte global et les enjeux locaux », indique Régis Taisne, de la FNCCR.