ARPE Paca : Pour une restauration collective plus bio et plus locavore d'ici à 2022

ARPE Paca : Pour une restauration collective plus bio et plus locavore d'ici à 2022

D’après le projet de loi sur l’alimentation actuellement discuté  au  Parlement,  la restauration collective publique  devrait, dès le 1er janvier 2022,  s’approvisionner avec  au moins 50 % de produits issus de l’agriculture biologique, locaux ou qui respectent des pratiques environnementales vertueuses. Pour encourager ces bonnes pratiques, l'ARPE Paca a accompagné pendant 2 ans (2016-­2018), 19 collectivités de Provence-Alpes-­Côte d'Azur dans un projet de restauration collective durable : 

Hautes‐Alpes : Chorges // Alpes‐Maritimes : Saint‐Laurent du Var, Valbonne  //  Bouches‐du‐Rône : Châteauneuf‐les‐Martigues, Chateaurenard, Gréasque, Mallemort, Martigues, Meyrargues, Septèmes‐les-­Vallons // Var : Carnoules, Cotignac, Les Arcs sur Argens, Lorgues, Montauroux // Vaucluse : Communauté d'agglomération Ventoux ‐Comtat‐Venaissin, Communauté de communes Rhône-­Lez­‐Provence, Isle‐sur‐la‐Sorgue, Lauris. 

Le 28 mai prochain, 9 d’entre elles témoigneront à Aix-en-Provence lors d’une journée de bilan “Restauration collective durable : mode d’emploi !“ au cours de laquelle 15 intervenants proposeront un panel d'outils et d’actions autour de 3 ateliers :  

  • Lutter contre le gaspillage alimentaire
  • Rédiger des marchés publics favorisant les circuits-­‐courts
  • "Aller plus loin" pour développer les terres agricoles et les projets alimentaires ter

Cette journée sera aussi l’occasion de visionner, en avant-­‐première, le film “ 20 minutes pour créer une  cantine  durable  sur  mon  territoire “.  Réalisé  par  l'ARPE,  il  détaille l'ensemble  des  leviers  à  actionner,  propose  une  méthode  pour  lancer  son  projet  de  restauration  collective durable et présente également des communes engagées et accompagnées.

 

  • UNE JOURNÉE POUR FAIRE LE PLEIN DE BONNES IDÉES POUR SA CANTINE ! 

La  rencontre  du  28  mai  s'adresse  à  l'ensemble  des  élus  et  agents  des  collectivités  de  Provence‐Alpes-­Côte  d'Azur  qui  interviennent  sur  la  restauration  collective :  achats,  cuisine,  animation/accompagnement  des enfants, développement agricole, aménagement : 

Respecter la réglementation, renforcer les contrôles sanitaires, préparer les repas, favoriser la qualité et le goût en travaillant avec des produits bio, de qualité et de saison, réduire le gaspillage pour faire des économies et investir dans des produits de qualitatifs… La liste des actions à mener peut paraître difficile à mettre en œuvre et pourtant un nombre croissant de collectivités a choisi de s'engager dans la restauration durable pour anticiper la prochaine loi en se mettant dès à présent en conformité avec la réglementation à venir.
Certains élus vont encore plus loin et travaillent main dans la main avec des agriculteurs locaux pour conserver  les  espaces  et  le  foncier  agricoles  sur  leur  territoire  en  leur  cédant  des  terres  et  en  les  accompagnant dans leur installation.

Organisée  par  l’ARPE,  la  rencontre  du  28  mai  vise  à  dresser  le  bilan  des  bonnes  expériences  et  à donner des clés aux collectivités sur les points suivants :  

  • Comment les acheteurs peuvent-­‐ils passer un appel d'offre pour se faire approvisionner localement en fruits et légumes ?
  • Comment connaître l'offre existante sur le territoire produite par les agriculteurs ?
  • Comment les collectivités, acteurs de la transition, peuvent-­elles proposer des solutions pour aider les producteurs à se fédérer et répondre précisément aux besoins ?

 

La  restauration  collective  fournit  1/7e  des  repas  pris  en  France,  elle  a  donc  un  rôle  majeur  à  jouer  dans  l'amélioration de la qualité de l'alimentation. C'est aussi un levier pour créer de nouvelles filières. La  dynamique  publique  dans  ce  secteur  est  en  plein  essor  et  l’enjeu  est  important.  Il  s’agit  de  donner  les  moyens aux territoires d’intégrer des solutions pour consommer local et favoriser les circuits courts.